Comment choisir entre croquettes et BARF ?

0 Comments

Industrielle ou ménagÚre : à chacun son opinion ! Qui dit vrai ? Quand mythe et réalité se mélangent.

​

Commençons par ce sujet polĂ©mique et qui, il faut bien le dire, passionne autant qu’il dĂ©range : alimentation industrielle sous forme de croquettes ou alimentation dite “naturelle” appelĂ©e par les puristes Raw feeding et composĂ©e d’un courant majoritaire en France : le Barf.

​

Définition du régime Barf (Biologically Appropriated Raw Food ou Bones And Raw Food) :

Il est basĂ© sur la consommation de viande et d’os crus et l’utilisation trĂšs variĂ©e d’aliments exclusivement crus. (La cuisson est dĂ©crite comme dĂ©truisant les vitamines et les enzymes) Il proscrit l’utilisation de cĂ©rĂ©ales et de produits transformĂ©s. Le rĂ©gime BARF souhaite se rapprocher au maximum de l’alimentation naturelle des canidĂ©s sauvages et principalement de celle du loup.

​

En voici les quatre grands principes (BILLINGHURST I 1993) :

​

1. Le rĂ©gime doit ĂȘtre basĂ© sur les os charnus crus

2. La totalitĂ© voire la majoritĂ© du rĂ©gime doit ĂȘtre crue

3. ExceptĂ© pour les os charnus le reste du rĂ©gime doit ĂȘtre le plus variĂ© possible

4. Le rĂ©gime ne doit pas ĂȘtre Ă©quilibrĂ© au niveau d’un seul repas mais sur plusieurs

​

De plus, les partisans du Barf ou Raw feeding s’appuient sur le fait que nourrir son chien comme il y a des milliers d’annĂ©es avec une nourriture plus naturelle, est proche du mode de consommation de carnivore et indispensable au respect des besoins nutritionnels des canidĂ©s qui sont pour eux des carnivores et uniquement des carnivores.

​

Avantages observés par les pro BARF :

​

  1. Absence de tartre
  2. Absence d’odeur de chien dĂ©sagrĂ©able
  3. Moins de parasites
  4. SystÚme immunitaire renforcé
  5. Crottes nettement plus petites
  6. Ligaments et tendons solides
  7. Meilleure musculature
  8. Soulagement en cas d’affection arthritique
  9. Moins de problĂšmes de croissance
  10. Risque de torsion de l’estomac considĂ©rablement rĂ©duit
  11. Beau pelage sain et brillant
  12. Plaisir Ă  manger
    ​

Arguments des pros BARF contre les croquettes :

​

  • Une alimentation hautement transformĂ©e et trop cuite.
  • La plupart contiennent peu de viande.
  • Les croquettes haut de gamme sont souvent plus chĂšres que l’option de nourrir cru.
  • Le manque de contrĂŽle de ce que vous donnez Ă  votre animal.
  • Êtes vous sĂ»r que les ingrĂ©dients mentionnĂ©s par le fabricant sont bien ceux utilisĂ©s dans la fabrication de vos croquettes ?
  • Les aliments thĂ©rapeutiques seraient Ă©vitĂ©s si une alimentation crue Ă©tait donnĂ©e de base.
  • Le plaisir Ă©motionnel que ressent votre chien quand il mange des os charnus, ne sera jamais le mĂȘme que devant ses croquettes.
    ​

De l’autre cotĂ©, le rĂ©gime industriel Ă  base de croquettes soutenu par le corps vĂ©tĂ©rinaire est dĂ©crit comme ayant toutes les qualitĂ©s nutritionnelles pour rĂ©pondre aux besoins de votre chien :

​

Un aliment complet et nutritif
Des aliments sains et appétants
Facile d’utilisation et facile Ă  doser
Des aliments trĂšs digestibles
Les plus sĂ»rs d’un point de vue sanitaire
Une bonne arme contre le tartre
Voici maintenant les arguments du corps médical sur une alimentation de type BARF :

​

Les dix mythes de l’alimentation BARF dĂ©mentis par Lisa M.Freeman (docteur vĂ©tĂ©rinaire, nutritionniste) sont les suivants (Freeman, 2009) :

​

– Leurs bĂ©nĂ©fices sont prouvĂ©s.

Leur intĂ©rĂȘt est issu de tĂ©moignages oraux, d’impressions, d’expĂ©riences et non d’Ă©tudes scientifiques. Ils sont dĂ©crits par exemple comme Ă  l’origine d’amĂ©lioration de la peau des animaux. Ceci s’explique car ces rĂ©gimes sont riches en lipides et trĂšs digestibles. Cependant, ces effets sont aussi obtenus avec certains rĂ©gimes industriels.

– Il correspond Ă  l’alimentation des carnivores sauvages.

Les loups sont sensiblement différents des chiens depuis de nombreuses années et leur durée de vie sensiblement plus courte.

– Les chiens et les chats ont un intestin plus court ce qui leur permet d’ĂȘtre peu affectĂ©s par les infections Ă  salmonelle.

Les animaux de compagnie n’ont pas un intestin court si on se rĂ©fĂšre Ă  leur taille et les infections Ă  salmonella sont prĂ©sentes.

– La nourriture crue est de qualitĂ© Ă©quivalente Ă  celle humaine.

La mention “human grade” n’a aucune valeur et les germes nĂ©fastes sont prĂ©sents dans la nourriture crue y compris si elle est achetĂ©e dans les meilleures enseignes.

– La congĂ©lation tue les bactĂ©ries.

La congélation ne tue pas toutes les bactéries.

– Du moment que les os sont crus ils sont sans danger.

Crus ou cuits les os peuvent fracturer les dents et crĂ©er une obstruction du systĂšme digestif (Ɠsophage, intestin…).

– La cuisson des aliments dĂ©truit les enzymes nĂ©cessaires Ă  la digestion.

Toutes les enzymes nĂ©cessaires Ă  la digestion sont contenues dans le tube digestif. Les enzymes supplĂ©mentaires sont des protĂ©ines dĂ©truites par l’organisme.

– Les cĂ©rĂ©ales sont utilisĂ©es comme bouche-trou.

Les cĂ©rĂ©ales comme le maĂŻs, le blĂ© sont des aliments sains contenant protĂ©ines, vitamines et minĂ©raux, aucun bĂ©nĂ©fice supplĂ©mentaire n’est apportĂ© par les pommes de terre et les pommes de terre douces par exemple.

– La plupart des aliments industriels comportent des ingrĂ©dients nuisibles.

Les sous produits comportent des aliments tels que les abats non consommĂ©s par l’homme mais comestibles, ils ne comportent pas d’Ă©lĂ©ments tels que la corne, les poils,….

– Si des os ou des cous de poulet sont ajoutĂ©s au rĂ©gime ce dernier est Ă©quilibrĂ©.

Les rĂ©gimes sont souvent dĂ©ficients en certains nutriments y compris le calcium qui peut ĂȘtre dĂ©sastreux chez le chiot en croissance mĂȘme si on ajoute des os et des cous de volailles

La prĂ©sence d’enzymes dans les aliments crus amĂ©liorerait la digestion. Ces enzymes ne sont pas toutes dĂ©truites par la chaleur et rien ne prouve que mĂȘme si ces derniĂšres n’ont pas Ă©tĂ© dĂ©truites par la cuisson elles ne le seront pas dans l’estomac. L’auteur dĂ©nonce surtout un manque de recul sur ce rĂ©gime, et un risque important pris lors de l’absence de cuisson des aliments.

Les rĂ©gimes crus posent trĂšs vite des interrogations sur l’hygiĂšne, la contamination par des agents pathogĂšnes et leur risque de zoonoses.

​

DĂ©finition zoonose :

Les zoonoses sont des infections ou des maladies, transmissibles directement ou indirectement, des animaux vertébrés aux humains, et inversement.

​

En 2005 J. Scott Weese, Joyce Rousseau, et L. Arroyo (Weese et al., 2005) tous 3 docteurs vĂ©tĂ©rinaires spĂ©cialisĂ©s dans les recherches de zoonoses, ont Ă©tudiĂ© la contamination par elle-mĂȘme des rations alimentaires de type BARF non cuites pour chiens et chats. Ils ont travaillĂ© sur 25 rations, voilĂ  leurs conclusions :

Les auteurs concluent que la contamination dans les rĂ©gimes crus commerciaux est donc commune. Ceci suggĂšre qu’il y ait un risque de maladies d’origine alimentaire chez le chien consommant ce type d’aliments ainsi que pour l’homme qui partage son environnement (Stromeyer et al., 2006).

Une autre Ă©tude rĂ©alisĂ©e Ă©galement au Canada (Finley et al., 2008) a montrĂ© sur des Ă©chantillons de viande crue (destinĂ©e Ă  l’alimentation animale), une prĂ©sence importante de salmonelles (21% dont 67% de volailles). On retrouve Ă©galement de nombreuses rĂ©sistances Ă  des antibiotiques ce qui rend ces bactĂ©ries d’autant plus dangereuses.

Les Ă©tudes concluent donc en un risque accru de contamination bactĂ©rienne lorsque l’animal est nourri avec un rĂ©gime cru.

​

Les risques liĂ©s aux rĂ©gimes Ă  base de viandes crues et d’os sont maintenant bien documentĂ©s :

– DĂ©sĂ©quilibres, carences et excĂšs

– Parasites et maladies infectieuses potentiellement mortelles (E. Coli, Salmonella
)

– Risques liĂ©s aux agents pathogĂšnes chez les personnes immunodĂ©ficientes

– Dents fracturĂ©es, maladies gastro-intestinales, intestins obstruĂ©s ou perforĂ©s


Je ne suis pas lĂ  pour vous Ă©numĂ©rer des listes interminables de termes plus compliquĂ©s les uns que les autres et d’Ă©tudes scientifiques se contredisant les unes et les autres, mais plutĂŽt pour allez droit Ă  l’essentiel.

​

Ce que nous pouvons dire :

​

Le chien est un carnivore Ă  tendance omnivore, opportuniste de surcroĂźt et charognard n’hĂ©sitant pas Ă  grignoter une proie morte.

MĂȘme si tout est loin d’ĂȘtre parfait, la science et la mĂ©decine ont fait d’Ă©normes progrĂšs pour lui permettre de vivre plus longtemps et en meilleure santĂ©. D’ailleurs leur durĂ©e de vie n’a jamais Ă©tĂ© aussi longue.

Nous vivons une Ă©poque touchĂ©e par tant de scandales de tous types et de tous genres, nous voyons le diable partout et parfois Ă  juste titre d’ailleurs, mais certaines choses ne se discutent pas : les animaux comme nous les humains vivons plus longtemps.

De plus certains diront que les chiens sont touchĂ©s par plus de maladies qu’auparavant ce qui est faux. Simplement la mĂ©decine vĂ©tĂ©rinaire ne savait et n’avait tout simplement pas les moyens techniques de les diagnostiquer Ă  l’époque !

​

J’entends dĂ©jĂ  ceux qui diront, que tout n’est que « business » et affaire de gros sous de la part des lobbies vĂ©tĂ©rinaires ou de l’industrie du Petfood mais cette rĂ©flexion s’applique Ă  tous ! Il ne faut pas faire preuve de naĂŻvetĂ©. En effet dans notre quotidien nous enrichissons chaque jour de grands groupes industriels volontairement ou involontairement (exemple : tĂ©lĂ©phonie, voyagiste, habillement, etc…). Les phĂ©nomĂšnes de mode sont par exemple un royaume pour les industriels : rĂ©gimes vĂ©gan, bio, etc… mais Ă  chaque fois c’est la mĂȘme chose, quand on parle vĂ©gan, des milliers de livres, vidĂ©os, reportages, chaĂźnes de fast food, tout le monde se jette dessus et derriĂšre tous ces gens, des grands groupes ! Et les exemples ne manquent pas ! Il en va de mĂȘme pour la tendance BARF, croquettes sans cĂ©rĂ©ales (encore une belle arnaque marketing, on va en parler) et j’en passe et des meilleurs.

​

Petite apartĂ© justement sur la croquette sans cĂ©rĂ©ales… C’est la grande mode et aussi le grand mensonge lol !

Le problĂšme rĂ©side pour nos chiens non pas dans le taux de cĂ©rĂ©ales, mais dans le taux de sucres complexes, Ă©galement appelĂ©s amidons. Or pour fabriquer une croquette, il est nĂ©cessaire d’avoir de l’amidon !

DĂ©finition de l’amidon : appelĂ© Ă©galement sucres complexes, on le retrouve dans les organes de rĂ©serves de nombreuses plantes :

– les graines (en particulier les cĂ©rĂ©ales (maĂŻs, froment) et les lĂ©gumineuses),

– les racines, etc…

– les tubercules et rhizomes (pomme de terre, patate douce, manioc, etc.) ; dans ce cas il est appelĂ© fĂ©cule3.

Les fruits (banane, arbre Ă  pain) oĂč l’amidon a pour fonction de stimuler la dispersion des graines (quand il y en a) par des animaux.

C’est pourquoi les fabricants de “croquettes sans cĂ©rĂ©ales” ajoutent d’autres ingrĂ©dients tels que la pomme de terre ou lĂ©gumes riches en amidon (lĂ©gumes amylacĂ©s) comme autre source d’amidon et ainsi pouvoir indiquer le fameux « sans cĂ©rĂ©ales ». Malheureusement nous rencontrons les mĂȘmes soucis de santĂ© tant que le volume de sucres complexes est Ă©levĂ© dans les croquettes.

Il est d’autre part trĂšs important de noter ici que la plupart des amidons de tubercules ou de lĂ©gumes ont un index glycĂ©mique (aprĂšs cuisson) bien supĂ©rieur Ă  l’amidon de cĂ©rĂ©ales. On se retrouve donc avec des croquettes encore plus mauvaises pour vos chiens !!!! Bravo le marketing !

​

Nous ne faisons l’apologie de quoi que ce soit, mais le bon sens doit Ă  un moment donnĂ© l’emporter.

Prenons un exemple : nous les humains mourions Ă  une Ă©poque Ă  cause de la nourriture que nous consommions, non pas que la qualitĂ© n’Ă©tait pas lĂ  car Ă  cette Ă©poque, il n’existait aucuns pesticides et autres produits chimiques, mais du fait de notre incapacitĂ© Ă  conserver cette nourriture convenablement car les frigos n’existaient pas ! Et bien l’Ăšre moderne malgrĂ© ces dĂ©fauts, nous permet maintenant de conserver les aliments d’une façon plus sĂ»re, cette analyse peut aussi s’adapter aux chiens ! Pourquoi lui faire consommer de la viande crue avec des taux de bactĂ©ries extrĂȘmement Ă©levĂ©s (malgrĂ© la congĂ©lation), alors que nous pourrions la faire chauffer ce qui n’altĂšre en rien (n’en dĂ©plaisent Ă  beaucoup) la qualitĂ© du produit comme le prouve toutes les Ă©tudes menĂ©es Ă  ce sujet. Et pour ceux qui vous diront que certaines enzymes sont dĂ©truites pendant la cuisson, elles le sont de toute façon une fois dans l’estomac !

Évidemment le monde industriel a des dĂ©fauts et ça personne ne peut le nier.

​

Les diffĂ©rents scandales alimentaires qui ont touchĂ© l’alimentation humaine ou animale, ont conduit les gens Ă  s’interroger sur ce qui Ă©tait encore il y a quelques annĂ©es une invention extraordinaire : la croquette. Tout le monde se demande maintenant si les compositions sont rĂ©elles, que veulent dire les termes employĂ©s (viande dĂ©shydratĂ©e/ fraĂźche, farine animale…) et c’est cela avant mĂȘme la composition analytique de la croquette qui pose un souci majeur aujourd’hui, car sinon pourquoi nous ne donnerions pas tous des croquettes si elles sont complĂštes, optimisĂ©es et adaptĂ©es Ă  notre chien. Nous avons perdu Ă  juste titre parfois confiance en nos industriels !

​

Voici des recommandations simples vous permettant d’Ă©liminer bon nombre de croquettes et de fabricants :

– La viande dĂ©shydratĂ©e doit ĂȘtre en premier ingrĂ©dient, le taux global de protĂ©ines au dessus de 31% avec un ratio de protĂ©ines d’origine animale supĂ©rieure Ă  85% minimum et le taux d’amidon doit ĂȘtre sous les 25%.

– De plus pour vous aider Ă  faire votre choix, vous verrez qu’un grand nombre de fabricants ne mentionnent pas certaines donnĂ©es (mĂȘme dans les aliments dit ” premium”) comme le ratio protĂ©ine animale/vĂ©gĂ©tale.

– J’insiste sur le ratio protĂ©ine animale/vĂ©gĂ©tale car ce point est essentiel. En effet, si le ratio n’est pas au moins 85% animale 15% vĂ©gĂ©tale passez votre chemin. L’industriel vous fait croire que vous avez un taux de protĂ©ines Ă©levĂ© alors qu’il est artificiellement gonflĂ© par les protĂ©ines vĂ©gĂ©tales qui ne disposent pas de tous les acides aminĂ©s nĂ©cessaires qu’apportent les protĂ©ines animales.

– Pas d’arĂŽme artificiel ni colorant.

– Le taux de glucides doit impĂ©rativement ĂȘtre indiquĂ© (pour le connaĂźtre s’il n’est pas indiquĂ© le calcul est simple :

100 – % protĂ©ine – % lipide – % cendre – % humiditĂ© – % cellulose = taux de glucide). Le rĂ©sultat obtenu ne doit pas dĂ©passer 30%.

– La fabrication française est un gage de sĂ©curitĂ© alimentaire aussi.

​

Je ne vous donnerai aucun nom de croquettes car je ne veux ĂȘtre tenu par aucun groupe d’intĂ©rĂȘt afin de conserver mon impartialitĂ©.

​

Pour l’alimentation BARF, les interrogations sont multiples et malheureusement les sites ou individus pensant Ă  ce type d’alimentation sont trop restrictifs dans leur jugement et font parfois fuir les hĂ©sitants.

Dans les éléments qui poussent à nous interroger sur les bienfaits du régime alimentaire BARF il y en a une qui attire tout particuliÚrement mon attention : la liste de compléments alimentaires.

​

Alors mĂȘme que les partisans d’une alimentation naturelle de type BARF ne doivent donner Ă  leur chien que ce qu’ils seraient potentiellement capables de trouver dans la nature, ces fameux complĂ©ments alimentaires fleurissent sur tous les sites de BARF. Ils sont censĂ©s faire en sorte que le chien ne soit pas carencĂ© ce qui constitue un contre sens profond avec les valeurs du BARF.

Mais allons encore plus loin car nous pourrions trÚs bien nous dire que ces compléments ne sont en fait que des condensés de ce que le chien trouverait dans la nature que nous aurions mis sous forme liquide/poudre pour plus de praticité à lui donner or nous retrouvons dans ces compléments :

​

– La poudre de moule verte de Nouvelle-ZĂ©lande

– Algue marine : Kelp
– Krill dĂ©shydratĂ© (petite crevette de l’antarctique ) etc…

​

Vous comprendrez aisĂ©ment Ă  la lecture de ces complĂ©ments qu’il n’est nul idĂ©e de condensĂ© ce que le chien trouverait naturellement dans son environnement mais bien de le supplĂ©menter de produits qu’il ne trouverait pas de lui mĂȘme en milieu naturel ! Ce qui laisse Ă  penser simplement que le rĂ©gime BARF ne rĂ©pond pas aux besoins naturels du chien.

​

De notre cĂŽtĂ© soyons clairs, il y a deux types d’alimentations dites naturelles :

Soit vous dĂ©cidez pour des raisons de sĂ©curitĂ© sanitaire et de qualitĂ© des produits de prĂ©parer vous mĂȘme l’alimentation de votre loulou.

Dans ce cas prenez des accords avec votre boucher ou allez en super marchĂ© ou dans des grands centres de distribution, acheter de la nourriture de consommation humaine mangeable par vous-mĂȘmes et non « dite de consommation humaine » mais que vous ne pouvez pas consommer car cela constitue une technique d’industriels de la croquette ou de revendeurs de BARF pour vous berner !!

Prenez rendez-vous avec votre vĂ©tĂ©rinaire qui se fera un plaisir d’Ă©tablir un programme alimentaire afin que les apports nutritionnels soient respectĂ©s, il saura vous conseiller sur les temps de cuisson et les diffĂ©rents ingrĂ©dients Ă  incorporer.

​

D’autre part, l’alimentation dite naturelle que vous achetez Ă  des industriels du BARF, qui n’a pour moi aucun intĂ©rĂȘt alimentaire puisqu’au niveau sanitaire, les Ă©tudes montrent qu’elle n’est en rien plus sĂ»re et bĂ©nĂ©fique que des croquettes en terme de chaĂźne de production.

​

Conclusion :

​

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour bien choisir l’alimentation de votre chien.

Chaque type d’alimentation Ă  ses avantages et ses inconvĂ©nients et vous savez maintenant ce qu’il faut faire pour apporter Ă  votre compagnon une alimentation de qualitĂ© quel que soit votre choix.

Comment choisir entre croquettes et BARF ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *